Qui est Pascal Vidil ?

Directeur du projet Al Karaana pour le groupe français Suez, Pascal Vidil est arrivé au Qatar en août 2017.

Avant de rejoindre le groupe Suez en 2009, M. Vidil a travaillé pendant 16 ans dans le domaine de l’Oil & Gas.

Sa première expatriation avec le groupe fut à Bahrain comme Deputy Project Director d’une usine de dessalement d’eau de mer par osmose inverse (220.000m3/d). Suite à cela, le directeur de projet de Suez a passé quelques temps en France, avant de revenir au Moyen Orient pour prendre la direction du projet « Reclamation and Rehabilitation of Al Karaana Lagoon » (RRKL).

Que peux-tu nous dire sur le projet Al Karaana ?

Le projet Al Karaana est un projet environnemental, dont le client est l’autorité gouvernementale Ashghal/PWA. Le consultant du client est Egis. Ce projet consiste à réhabiliter et réaménager les lagons d’Al Karaana, sur 480 ha. Cette zone est une ancienne carrière localisée à 60km de Doha . Depuis 10 ans, elle a été utilisée comme zone de déchargement d’eaux polluées provenant de différentes industries du pays. A cet égard, elle constitue une tache noire sur la carte du Qatar que les autorités qatariennes ont décidé de transformer en zone verte.

L’idée est de dépolluer les lagons existants et de construire de nouveaux bassins pour continuer à recevoir des eaux industrielles dans une zone confinée avec un liner d’un côté et de l’autre évaporer l’excès d’eau traitée venant de la station d’épuration adjacente. Les bassins d’eau traitée serviront à créer un habitat pour la faune et la flore. De plus, un modelage du site sera réalisé, afin que la zone retrouve son aspect initial désertique.

Avec qui travaillez-vous sur ce projet ? 

Le projet Al Karaana implique principalement deux entreprises de génie civil (Ammico et Marbu). Ces entreprises sont implantées au Qatar depuis 30 ans et sont spécialisées dans le terrassement.

D’autres entreprises font également partie du projet Al Karaana comme nous l’explique M. Vidil, il s’agit essentiellement du jordanien MGES fournisseur et installateur des géo-membranes.

Comment Suez s’est trouvée à mener un tel projet au Qatar ?

En tant qu’expert en gestion de dépollution de sol, et compte tenu de sa bonne implantation au Qatar, Suez a été mandaté par Ashghal en décembre 2017 pour mener à bien le projet Al Karaana.

Quelles sont les perspectives pour un tel projet au Qatar ?

De par sa taille, Al Karaana peut être considéré comme un projet emblématique de remédiation de sol.

Il existe d’autres sites au Qatar qui pourraient faire l’objet de traitement des sols comme par exemple Abu Nakhla. Le projet Al Karaana  est une vitrine du Qatar du point de vue de la protection de l’environnement. Le président d’Ashghal y prête une attention particulière. Il s’est d’ailleurs rendu sur le site en décembre 2018 pour suivre l’avancement du projet et il a réaffirmé sa volonté de maximiser l’amélioration de l’environnement.

En tant que directeur de projet d’un groupe français, un petit mot pour les chercheurs d’emploi francophones du Qatar ?

Le Groupe Suez est implanté au Qatar depuis 2006, et emploie environ 300 personnes de différentes nationalités. Le groupe y opère aujourd’hui 4 usines de traitement d’eaux usées et 1 site de dépollution de sol (Al Karaana).

Les métiers sont très variés, de l’opération et maintenance de stations d’épuration à la construction de nouvelles usines en passant par le traitement des sols. La vision de Suez est de pérenniser et renforcer sa présence au Qatar, pour y être un partenaire majeur des autorités qatariennes sur l’ensemble du segment du traitement de l’eau et des déchets. Je suis sûr que Suez va continuer à créer de belles opportunités de travail.